eating with Ada chez daRock

https://www.eatingwithada.com/restaurants/italien/darock/

DaRock

Je suis toujours un peu control freak sur mes repas. J’ai du mal à laisser quelqu’un m’emmener au restaurant quand je ne sais pas où c’est. Si ce jour-là, j’avais su que Marine m’emmenait chez DaRock, je ne me serais pas inquiétée une seule seconde.

DaRock est un tout petit restaurant, peut-être quarante couverts à peine, rue de Bagnolet, dans le 20ème. On est accueillies par un serveur souriant qui lance un « Bonsoir, Buenasera » enjoué. On n’a pas réservé, c’est plein, mais il nous file la table du pain qu’il débarrasse en vitesse pour nous installer.

MENU

Le menu est light : trois entrées, quatre plats, trois desserts. Aucun plat ne dépasse 16 euros. Le serveur nous explique que tous les produits sont frais, et la carte change toutes les semaines, en fonction du marché et des envies du chef. Ici des inspirations mi françaises mi italiennes. Rien dans le décor pour influencer l’origine, mais si le menu parait assez français de prime abord, il est quand même noté de plusieurs plats au basilic, de risotto, de polenta, de fruits du soleil… De quoi mettre la puce à l’oreille.

Entrée

On opte toutes les deux pour le tartare de thon à l’oignon nouveau en entrée.
Il arrive parsemé de sésame noir et topé d’un oignon nouveau un peu confit, tout tendre, le tout sous un nuage de salade frisée au balsamique. Un délice. Le poisson est frais, le sésame mini-croque de temps en temps, et l’oignon se marie parfaitement bien avec cet ensemble. L’assaisonnement du thon est parfait. On se régale, et on sauce l’assiette tels deux lave-vaisselles en attendant la suite.

Darock
DaRock
DaRock

 

PLAT

La suite, c’est encore du poisson pour moi : espadon grillé au barbecue, accompagné d’aubergines grillées. Que de goût dans cet espadon ! La cuisson est incroyable. La chair est ferme et tendre à la fois, rappelant presque du poulet, mais très juteuse et un peu citronnée. Léger, et contrasté par la douce amertume des aubergines grillées. Là encore, un peu de salade frisée. Je suis presque frustrée de la quantité, j’aurais pu en manger deux comme ça tant c’était bon.
Marine a opté pour une pièce de boeuf.
Comme j’ai encore un peu faim, on commande des desserts.

Desserts

Pour moi, c’est une mousse au chocolat et caramel au beurre salé. Servie dans un adorable bol noir asymétrique, le caramel lisse la surface de la mousse. Celle-ci est fondante, ni trop forte ni trop légère en chocolat, et sincèrement la quantité est pile la bonne. Souvent je ne prends pas de desserts car ils sont trop gros, mais DaRock a visé juste : je sors de là pile rassasiée, le ventre en parfait état !
Marine a pris une tarte au citron, la plus mignonne du monde. Carrée, comme ne le veut pas la coutume. Meringuée -à l’italienne, cela s’entend. Crémeuse, fluffy, onctueuse, bref, les retours sont les suivants : cette tarte est excellente.

Bilan

DaRock est un restaurant à la simplicité étonnante : pas de chichis dans l’assiette ou dans la déco, ni dans le service. Tout est simple, mais la simplicité laisse toute la place au plus important : le bon goût des aliments, la gentillesse du serveur, et l’ambiance familiale qui règne dans ce restaurant. DaRock est une adresse qui gagne à être connue… A essayer, à réessayer, à re-réessayer, de toute façon la carte change très souvent alors pas de risque de se lasser !

Le midi, formules à 16 et 22 euros.
Le soir, compter une trentaine d’euros par personne pour entrée/plat/dessert.
Adresse : 17 rue de Bagnolet, 75020 Paris

Laissez un commentaire